Skip to content Skip to main navigation Skip to footer

Et la santé mentale dans tout cela ?

Depuis les dernières semaines, notre société individualiste est en train d’apprendre le sens du terme collectivité. Tous ensemble, nous vivons une situation inédite et qui sera dans les livres d’Histoire de nos enfants et nos petis-enfants. La manière dont nous agissons individuellement aura des impacts collectifs ; notre façon de percevoir le monde et de vivre au quotidien en seront à tout jamais impactés.

D’heure en heure, nous sommes bombardés d’informations quant à la pandémie ; généralement toutes plus alarmistes les unes que les autres. Entre le risque de manquer de masques ou de médicaments essentiels et les projections pessimistes à l’échelle mondiale, le retour à notre vie quotidienne peut sembler lointain.

Dans ce contexte inédit, il est tout à fait normal de se sentir stressé ou déprimé. L’anxiété qui en découle peut s’avérer positive, car à un certain niveau elle augmente notre sentiment d’alerte et de vigilance. Cependant, l’anxiété peut également prendre le contrôle de notre vie de manière sournoise…

Chaque individu réagit différemment devant le stress intense auquel il est soumis. De plus, les perceptions, peurs, angoisses et sentiments évolueront en même rythme que la crise ; certaines personnes ont donc l’impression que leurs émotions jouent aux montagnes russes !

Dans le contexte de la COVID-19, il est donc tout à fait normal d’observer :

  • de la crainte par rapport à votre santé future ainsi qu’à celle de votre famille et amis;
  • de l’anxiété ou du stress par rapport à cette situation inédite;
  • de la fatigue, de la difficulté à demeurer concentrer ou même à dormir;
  • une modification de vos habitudes alimentaires ou de sommeil, pouvant même mener à une prise de poids;
  • l’augmentation de votre consommation d’alcool, de tabac, etc.

Néanmoins, il est important de demeurer vigilants aux symptômes négatifs du stress ou de l’anxiété :

  • Le stress est une réponse normale à une demande d’adaptation. Il permet à notre organisme de s’adapter aux multiples événements que nous vivons, comme une pandémie mondiale. Notre capacité à nous adapter aux situations nouvelles dépend de notre personnalité, de nos croyances, de notre vécu, de notre réseau de soutien, etc. [i]
  • L’anxiété, n’est pas une menace, un défi ou une demande d’adaptation, mais une réponse à une menace vague ou inconnue. L’anxiété apparaît lorsque nous croyons qu’un événement dangereux ou malheureux peut survenir et que nous l’anticipons. Chaque personne peut la vivre à des degrés et une intensité qui lui sont propres. Sa perception de l’événement aura une grande influence sur l’intensité de l’anxiété vécue.[ii]

Il est donc très important de bien vous écouter pendant cette période et de demeurer à l’affût des signaux que votre corps pourra vous envoyer. Prendre soin de vous, vous permettra de prendre des décisions éclairées, et ce, qu’elles soient personnelles ou professionnelles.

Dans une réalité d’isolement, voici quelques trucs et astuces qu’il est possible d’intégrer dans une routine quotidienne :

  • Prenez soin de vous : manger sainement et de manière équilibrée, faire de l’exercice physique et bien dormir demeurent la base ;
  • Gardez contact : n’hésitez pas à garder contact avec vos amis et votre famille. Il est sain de parler ouvertement de ce qui vous préoccupe à des personnes de confiance ;
  • Demeurez positifs : concentrez-vous sur les aspects de votre vie sur lesquels vous êtes en contrôle, car ceci vous permettra de changer vos pensées irrationnelles. De plus, n’oubliez pas toutes les choses positives que vous appréciez et que vous êtes encore en mesure d’effectuer ;
  • Demeurez informés, mais juste assez : un manque d’information de qualité génère du stress et de l’anxiété. Il est important de lire des articles pertinents et d’avoir les mises à jour des autorités. Cependant, une surexposition à la crise générera l’effet contraire, car elle prendra toute la place dans un quotidien déjà chamboulé ;
  • Prenez des pauses : travailler en période de crise apporte son lot de stress et d’insécurité, bien qu’elles soient différentes de celles vécues par une personne en mise à pied. N’hésitez pas à vous arrêter, à prendre des pauses et à vous détendre – c’est la recette de l’équilibre, et ;
  • Osez demander de l’aide : si vos réactions physiques et psychologiques vous empêchent de fonctionner normalement, n’hésitez pas à aller chercher de l’aide. Il est plus facile de se remettre d’un choc lorsque celui-ci est pris en charge rapidement.

[i] Santé et Services sociaux, Gouvernement du Québec, Le stress et l’anxiété

[ii] Ibid.


Was This Article Helpful?

0